Cadre de vie

Le relief

La commune rurale de Nanoro se trouve dans une immense pénéplaine –elle s’étend sur les trois quarts du territoire national- façonnée dans le massif précambrien. Le relief est dominé par une succession de croupes molles et de vallons évasés, avec de loin en loin une butte isolée ou un groupe de collines aux pentes raides qui s’élèvent de quelques dizaines de mètres au-dessus du plateau. Les masses rocheuses isolées qui ont résisté à l’érosion se présentent sous forme diverses. L’altitude varie entre 250 à 400 m.

L'hydrographie

La commune rurale de Nanoro est peu élevée et relativement peu arrosé, possède un réseau hydrographique assez important. Il est composé de cours d’eau temporaires qui coulent à fleur le sol et de quelques marres. La réalisation du barrage de Soum, l’existence des anciens barrages et les projets d’aménagements de périmètres maraîchers vont dynamiser davantage les cultures de contre saison qui contribueront à réduire la pauvreté dans la commune. Les eaux souterraines sont exploitées par l’entremise des forages, puits à grand diamètre.

La géologie

La géologie de la commune rurale de Nanoro s’étend sur le socle précambrien métamorphique et éruptif- occupe environ les trois quarts du territoire national-. Les mouvements tectoniques ont été insignifiants depuis le Précambrien. Le socle précambrien comprend des roches granitiques et métamorphiques plissées précambriennes. Ces roches sont en majeure partie des granites archéens syntectoniques traversés par de nombreux petits batholites de granites post-tectoniques constitués de syénites et de granites alcalins et calco-alcalins.

Les différents types de sols

La commune rurale de Nanoro est composée principalement des sols peu évolués d’érosion sur matériau gravillonnaire, des sols ferrugineux tropicaux peu lessivés et des sols hydromorphes.

Les sols peu évolués d’érosion sur matériau gravillonnaire sont issus du démantèlement des cuirasses ferrugineuses. L’horizon de surface est très épais. Ils sont cultivés en sorgho, mil, arachide, sésame, niébé etc.

Les sols ferrugineux tropicaux peu lessivés se développent sur des matériaux riches en argiles kaolinique et se caractérisent par une richesse en oxyde et hydroxydes de fer et de manganèse. Du fait du caractère ancien de ces matériaux qui les composent, ces sols ont des teneurs basses en calcium, potassium et phosphore. Ils sont cultivés en sorgho, mil et arachide.

Les sols hydromorphes se localisent dans les bas-fonds. Ils sont associés à des sols bruns eutrophes et à des sols ferrugineux en bordure des marigots. Caractérisé par un excès d’eau temporaire ; ces sols sont cultivés en riz lorsque la quantité d’eau est suffisante, en sorgho etc.

Le climat

Le climat de la commune rurale de Nanoro s’intègre, du point de vue de la dynamique atmosphérique, dans l’ensemble climatique ouest- africain. Le terroir communal de Nanoro appartient à la région climatique soudano sahélienne dont les isohyètes -lignes d’égales pluviométriques- sont comprises entre 900 et 600mm. Les principaux éléments du climat de Nanoro sont :

Les précipitations sont inégalement reparties aussi bien dans l’espace que dans le temps. La saison des pluies s’étale de juin à septembre. Les mois de juillet et août sont généralement les mois les plus humides. Par contre la saison sèche s’étale d’octobre à mai. Au cours des cinq dernières années (2008 à 2012), les années 2008 et 2010 ont enregistrées les plus grandes quantités d’eau tandis que l’année 2009 a été la moins humide comme l’indique le graphique.

Les températures : les moyennes mensuelles dépassent rarement 38°C. Les mois les plus chauds de l’année sont généralement mars et avril tandis que les plus frais sont décembre et janvier.

Les vents : la circulation atmosphérique dans la commune rurale de Nanoro se caractérise par l’alternance saisonnière de vents de deux directions opposées : les alizés de secteur nord-est et sud-ouest qui convergent le long de l’Equateur météorologie, formant la Zone de Convergence Intertropicale. Notons que la saison des pluies dans le terroir communal de Nanoro est influencée par les vents humides du secteur sud-ouest à sud.

Les ressources végétales

Les principales formations végétales rencontrées dans la commune rurale de Nanoro sont la savane herbeuse, arbustive et la forêt galerie le long des cours d’eau. Les principales essences végétales existantes sont : le baobab-Adansonia digitata-, le tamarinier-Tamarindus indica-, le néré-Parkia biglobosa-, le karité-Vitelaria parkii-, le kad- Faidherbia albida-, le caïlcédrat –Khaya senegalensis– et diverses autres espèces soudaniennes. De plus on rencontre des graminées pérennes dont les plus importantes sont : andropogonées-Andropogon gayanus, Cymbopogon ssp, Loudetia topensis, Schoenefeldia gracilis, …

Les ressources fauniques

La commune rurale de Nanoro est dominée par les ressources fauniques suivantes : dans les berges des barrages on y trouve des canards d’eau douce, des pigeons verts, des francolins, des singes rouges, des lièvres. La pression anthropique, le changement climatique ont entraînés la diminution progressive des ressources fauniques. L’inorganisation de la filière pêche –dans les villages de Kokolo, Zimidin, Soum, Goulouré- ne permet pas de donner des statistiques. Néanmoins la majorité des prises touche les silures, les tilapias.

1400cookie-checkCadre de vie